Le Consortium Archives des Mondes contemporains est l’un des 10 consortiums de la TGIR Huma-Num, structure qui vise à faciliter le tournant numérique de la recherche en sciences humaines et sociales.

Pour remplir cette mission, la TGIR Huma-Num s’appuie sur un important réseau de partenaires et d’opérateurs et notamment sur des consortiums regroupant des acteurs des communautés scientifiques. Les consortiums jouent ainsi un rôle important dans la coordination des traitements des corpus de sources (recommandations scientifiques, bonnes pratiques technologiques, mise en œuvre scientifique).

Présentation

Au sein de cette configuration, le Consortium ArcMC  remplit un rôle particulier : répondre et s’adapter aux changements soulevés par le passage au numérique, notamment pour les archives et la documentation de la période contemporaine (XIXe-XXIe siècle).

A ce titre, le consortium s’attache à toute la chaîne de production numérique : numérisation de document papier, traitement de documents hétérogènes nativement numériques (texte, images, vidéos), et à la constitution de corpus numériques inédits (inventaires, collections de documents en ligne, etc.).

Les archives des mondes contemporains sont caractérisées tout à la fois par leur masse, l’hétérogénéité des supports (du papier au microsillon en passant par la photographie ou les disquettes informatiques, CD-Rom et les supports vidéo anciens et récents), leur fragilité, la diversité de leur statut juridique (public ou privé), et la dispersion des lieux où elles sont conservées. Par ailleurs, la situation de ces archives est très diverse : les unes ont déjà été indexées et numérisées, quand d’autres doivent encore être constituées en corpus.

Ces dernières années de nombreuses initiatives dispersées ont donné lieu à différentes initiatives documentaires numériques dans plusieurs domaines : celui des archives politiques, des archives de la recherche en sciences sociales ou encore dans celui du patrimoine des mouvements sociaux et du travail industriel, enfin des déplacements des populations, des migrations économiques et politiques.

Placé sous la direction scientifique de Serge Wolikow et labellisé en novembre 2012, le consortium est porté par la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon. Il est formé d’équipes de chercheurs en histoire (politique, culturelle, sociale, économique, etc.), mais aussi de disciplines voisines avec qui les historiens ont l’habitude de travailler (science politique, anthropologie, sociologie), ainsi que d’archivistes et bibliothécaires qui apportent leur connaissance des méthodes d’inventaire, de classement et de conservation, et des spécialistes de la numérisation et de la diffusion en ligne.

Suite de la navigation